Innovative ways for curing mental disorders in a refugee camp

Share

In Bangladesh, Rohingya refugee camps are places of innovation for the emergency treatment of mental disorders.

  • €7,294 Budget in Euros
  • 2019 Final release date
  • 2 Round winner
  • 1 Location
  • 6 Durations in months

Depuis août 2017, plus de 700 000 musulmans Rohingyas ont fui un nettoyage ethnique organisé par l'armée birmane etont trouvé refuge dans de gigantesques camps à Cox's Bazar, au Bangladesh. Aujourd'hui,la zone surpeuplée (plus d'un million de personnes) est devenue le plus grand camp de réfugiés au monde. La santémentale de ses habitants y est un enjeu colossal et quotidien.

Non seulement les réfugiés ont subi des violences extrêmes en Birmanie, mais ils sont désormais livrés à eux-mêmes,sans perspectives d'avenir. Les Rohingyas sont apatrides, interdits de travail, d'éducation et de déplacement auBangladesh. Dans ce qui ressemble à une prison à ciel ouvert, les troubles psychotiques, les cas de dépression et destress post-traumatique se multiplient. Les médecins constatent des retards mentaux chez les enfants. En novembre 2018, des rumeurs évoquaient un retour forcé enBirmanie. Plusieurs réfugiés Rohingyas ont alors tenté de se suicider.

Rares sont les organisations humanitaires à faire de la psychiatrie dans les camps bondés. Nous avons suivi des psychiatres, des médecins, des patients... Certains réfugiés consultent en cachette. Pour beaucoup, le sujet de la maladie mentale reste tabou.

Les photos de ce reportage ont été prises par Hugo Ribes (collectif ITEM).

Project
image gallery

Click on any photo to view the image gallery lightbox at fullscreen.

Follow us and join the conversation